Comment se faire recruter lorsqu’on est au chômage ?

 

Le chômage, un frein à l’emploi ?!


 

C’est un préjugé particulièrement répandu chez les managers et les recruteurs : un chômeur est moins « recruitable » (analogie à bankable 😉 !) qu’une personne ayant d’ores et déjà… un emploi ! Un comble ? Bien sûr que oui !

 

Comment se faire recruter lorsqu'on est au chômage ?

Et pourtant, dans l’inconscient collectif, mais aussi dans les mots (ce qui n’arrange rien bien évidemment…), nous avons d’un côté des « actifs » et, de l’autre, des « inactifs ». Comment en vouloir, de ce fait, à celui ou celle dont la mission est de trouver la « bonne » personne pour un poste confié ? En « bon père de famille », nous avons tendance à dire que « l’homo-recruitus » cherche tout simplement à minimiser le risque en sélectionnant un « actif »…

LA solution donc pour se faire recruter lorsque l’on est au chômage ? Se montrer plus « recruitable » (en apportant notamment de meilleurs gages de sécurité au recruteur) qu’une personne en poste ! Ci-dessous, cinq techniques possibles !

Mettez en avant votre disponibilité rapide pour le poste

Un recrutement doit très souvent se faire pour… la VEILLE ! Profitez de cet état de fait en expliquant que vous pouvez démarrer très rapidement contrairement à une personne en poste qui doit réaliser son préavis. Vous pouvez d’ailleurs ajouter que, compte-tenu de l’honnêteté et la notion d’engagement que vous avez senti dans l’entreprise, les recruteurs doivent sans doute attendre que les « actifs » réalisent leur préavis afin d’accompagner leur employeur actuel (car ils aiment que ce soit le cas chez eux lorsqu’un collaborateur les quitte…). Avec cet échange, vous mettez une petite « graine » dans la tête du recruteur consistant à se poser des questions sur la confiance à accorder à une personne en poste se disant rapidement disponible au même titre que vous…

Décrivez-vous comme un « apporteur de solutions » !

Cette période de chômage a été très bénéfique pour vous car vous avez eu le temps de REFLECHIR aux contraintes et problématiques de votre marché, contrairement à une personne en poste qui, prise dans l’opérationnel, n’a pas le temps de prendre du recul. Et surtout, vous avez trouvé des S.O.L.U.T.I.O.N.S. ! N’hésitez pas à donner un ou deux exemples et à faire comprendre que vous en avez d’autres à mettre à disposition lorsque vous serez « dans les murs » bien évidemment. Un recruteur est toujours sensible à la capacité de ses interlocuteurs à apporter des idées originales afin de résoudre des problèmes. Vous ne croyez pas à cet argument de temps d’auto-formation, de réflexion et de prise de recul que vous permet le chômage ? Vous n’adhérez pas à l’idée que le chômeur peut avoir plus de pouvoir d’achat et d’attraction qu’un actif, grâce à l’attention et au temps qu’il a pu consacrer sur une problématique donnée ?

Faites passer « habilement » le message que vous avez d’autres opportunités…

« On n’est jamais aussi séduisant que lorsque l’on est marié… ». Cette petite phrase, souvent vérifée dans la vie privée, se retrouve aussi dans la recherche d’emploi ! Un recruteur, sans doute inconsciemment, vous prêtera plus d’attention et tâchera d’autant plus de vous « séduire » s’il sait que vous avez d’autres opportunités actuellement. Attention, il s’agit toutefois de vous montrer « habile » pour faire passer le message…

Démontrer votre envie de vous engager durablement !

Cette période de chômage vous a permis de mieux vous rendre compte de l’attachement « viscéral » (^_^) que vous avez avec votre EMPLOI ! L’idée est bien d’expliquer que cette situation vous a permis de mieux vous rendre compte de l’importance que vous pouviez accorder à la valeur TRAVAIL et votre besoin de pouvoir échanger tous les jours avec d’autres professionnels de votre secteur. Vous pouvez enchaîner ensuite sur le fait que, suite aux échanges que vous avez pu avoir dans l’entreprise, il semble que l’énergie des collaborateurs et l’ambiance qui se dégagent dans les locaux soient très propices à l’investissement dans la durée, tout ce que vous recherchez !

Incarner la résilience recherchée par tous les recruteurs !

Aucun secteur d’activités n’échappe aux difficultés économiques ! Les recruteurs recherchent donc des personnes résistantes à l’échec, capables de rebondir face aux difficultés… Une période de chômage est un « excellent laboratoire d’expérimentation » pour démontrer sa résilience et ses facultés à rester enthousiaste et positif malgré l’adversité ! Mais attention, dire que vous êtes une personne plutôt positive ne sert pas à grand-chose, il faut surtout le « faire vivre » à votre interlocuteur grâce à votre attitude durant l’entretien !!

Céline Finot, Directrice Bureau Paris