Lutter contre ses croyances limitantes… Grâce à la thérapie cognitive !

Lutter contre ses croyances limitantes… Grâce à la thérapie cognitive !

Par CCL'(i)D Candidats

Cet article est basé sur le Livre de Tal Ben-Shahar – Apprendre à être heureux !

Thérapie cognitive ?

Lutter contre ses croyances limitantes… Grâce à la thérapie cognitive !La thérapie cognitive pose comme postulat de base que nous réagissons à notre interprétation des événements plutôt qu’aux évènements proprement dits. Ce qui explique que le même facteur déclenchant provoque des réponses radicalement différentes selon les personnes. Un évènement conduit à une pensée (ou interprétation) qui, à son tour, suscite une émotion. Je vois un bébé (évènement), je constate qu’il s’agit de mon enfant (pensée), et je ressens de l’amour (émotion). Je vois l’assistance qui attend que je commence ma conférence (évènement), je l’interprète comme potentiellement dangereuse (pensée), et je ressens de l’angoisse (émotion).

Le but de la thérapie cognitive est de restaurer chez le sujet une perception réaliste de son environnement en le délivrant de ses raisonnements fallacieux. Désormais, quand on prend conscience du caractère irrationnel de telle ou telle notion (donc de sa déformation cognitive), on se met à voir l’évènement sous un autre angle, et, par conséquent, on le ressent différemment. Par exemple, si je suis paralysé par l’angoisse avant un entretien d’embauche, je peux évaluer la pensée qui la déclenche (« si je ne suis pas pris, tout est fini, je ne retrouverai jamais de travail… ») et réinterpréter l’évènement en récusant mon évaluation fallacieuse et en la remplaçant par une évaluation rationnelle (« certes, j’ai besoin de cet emploi, mais il en existe d’autres aussi intéressants ailleurs »). Cette distorsion fait naitre en nous une crainte de l’échec si grande qu’elle en devient maladive. Mais la réflexion rationnelle recadre la situation et la met en perspective.

Lutter contre ses croyances limitantes

Parmi les méthodes les plus utiles que j’aie trouvées pour affronter les émotions pénibles liées à l’échec – que ce soit la crainte de celui-ci ou la torture consécutive à l’échec -, je citerais en premier le « P.R.P. » : je me donne la Permission d’être humain (1), je procède à la Reconstruction de la situation (2) et j’y gagne une plus vaste Perspective (3) !

(1) Se donner la permission d’être humain = avouez-vous ce qui est arrivé et ce que vous avez ressenti à cette occasion. Accordez-vous le temps, la place de vivre ce que vous avez à vivre sur ce plan.

(2) Pour la reconstruction de la situation, demandez-vous quelles pourront être ses conséquences positives. Cela ne signifie pas que vous vous en réjouissiez, mais simplement que les bénéfices potentiels existent. Qu’avez-vous de nouveau à apprendre ? Cela peut-il vous apporter un nouvel éclairage sur vous-mêmes ou les autres ? Cela peut-il développer votre faculté de compatir, ou vous aider à mieux apprécier ce dont vous jouissez déjà dans la vie ?

(3) Pour finir, prenez un peu de recul et replacez la situation dans une perspective plus large. Parvenez-vous à prendre suffisamment de distance ? Comment percevrez-vous les circonstances actuelles d’ici à un an ? Ne seriez-vous pas en train d’accorder trop d’importance à des détails ?

Le cheminement à travers les trois étapes du P.R.P. n’est pas nécessairement linéaire : vous pouvez passer directement de la permission à la perspective avant de revenir à la reconstruction, pour tout reprendre au stade de la permission, et ainsi de suite…

Et vous, comment faites-vous pour lutter contre vos croyances limitantes ?

Last modified: 5 février 2016

One Response to " Lutter contre ses croyances limitantes… Grâce à la thérapie cognitive ! "

  1. pascaline dit :

    Toutes les croyances sont, dès notre enfance, enregistrées comme données de base. Le fait de partir de ce point de départ va fausser impérativement le libre arbitre de chacun. Il va crée ces préjugés et pensées limitantes. Pour s’en débarrasser il faut laisser son histoire comme on laisse un livre dans une bibliothèque, et rouvrir un autre livre, celui de la découverte des autres et de l’écoute et l’observation de son environnement pour accueillir la rencontre et l’échange. Seule cette aventure permettra l’ouverture à d’autres pensées et d’autres croyances qu’on décidera ou non de respecter. Le monde est grand en explorations et laisse toute l’opportunité d’en faire la découverte ou de se limiter à rester dans son cercle privé. Plus on agrandit le cercle, plus on grandit et moins on est limitant……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× Close