Accueil Actualités Les Réseaux Sociaux auront-ils la peau des cabinets de recrutement ?

Les Réseaux Sociaux auront-ils la peau des cabinets de recrutement ?

Partager cette page :
091015
A l’heure des réseaux sociaux et de l’accès gratuit et immédiat aux candidats, les cabinets de recrutement ont-ils encore une place dans l’écosystème des recruteurs ? Telle est la question que bon nombre de DRH doivent actuellement se poser !?

La question se pose d’ailleurs tout autant vis-à-vis des jobboards qui facturent très cher leurs cvthèques là où l’accès aux données est gratuite sur Linkedin et Viadéo… Enfin pas si gratuite que cela quand on y regarde de plus près.

En effet, l’accès aux profils complets des candidats et la possibilité de se mettre en relation avec les profils visés est, elle, payante et souvent très chère ! Et surtout elle ne garantit en rien que le candidat réponde à votre sollicitation, d’autant plus quand vous n’avez que quelques mots (quelques lignes tout au mieux) pour proposer au candidat le poste que vous cherchez à pourvoir. Evidemment c’est également sans compter le temps que vous devez consacrer à ces recherches…

Quand on y regarde de plus près, est-ce vraiment plus efficace et moins cher de sourcer ses CV via les réseaux sociaux plutôt que par les jobboards ? Pas si sûr…

Réseaux sociauxLinkedin et viadeo annoncent chacun 10 000 000 de membres sur leurs réseaux, mais plus de 40 %, soit 4 millions, comportent moins de 250 caractères… A peine plus que le fameux annuaire des anciens rangés au fond de votre tiroir…

Reste donc que 50 millions de français ne sont ni sur l’un ni sur l’autre de ces réseaux. Ainsi disposer d’un accès à 10% des candidats potentiels du marché (disons 20 si nous comptons les inactifs), et ce au moyen de centaines d’heures passées à « éplucher » les profils de candidats dont on ne sait pas si ils sont en recherche active de poste ou même à l’écoute d’opportunité, est-ce vraiment-là la révolution tant annoncée ?

Ce qui est sûr, c’est que les cabinets doivent s’adapter à cette nouvelle donne !

A l’heure de l’accès immédiat à des millions de données, il n’est plus admissible d’attendre des semaines et des mois pour qu’un cabinet propose des candidats à son client. Pour cela les cabinets doivent muter et connaitre leur transformation digitale.

Ils doivent en effet se doter de l’ensemble des outils digitaux disponibles sur le marché, à commencer par des outils de matching et de sourcing multi supports ultra performants. Malheureusement, à ce jeu-là beaucoup ne pourrons pas suivre… Ces technologies coutent chères et nécessitent des moyens que bon nombre de petites structures ne pourront se payer. Malheureusement la loi du marché s’applique à tous…

Think differentCette digitalisation est un impératif ! Rappelons-nous ce qui s’est passé entre 2001 et 2004 lorsque les jobboards ont mis un terme au recrutement via la presse. Les cabinets les plus innovants (dont on vendait déjà la peau) ont non seulement franchis l’obstacle mais en on profiter pour renforcer leurs positions au détriment de quelques autres qui ont aujourd’hui tous disparus…

Les réseaux sociaux nous poussent aujourd’hui à révolutionner une nouvelle fois nos pratiques et ce en 10 ans à peine. Vidéo, Matching, Community management, assessment, marketing automation, scoring, recrutement prédictif, data analyse… Sont tout autant de techniques et notions que nous allons devoir adopter si nous voulons garder une avance sur nos clients et justifier de l’intérêt de recourir à nos services !En effet, pourquoi les entreprises continueraient elles de payer si nous n’allons pas plus vite et si nous ne sommes pas plus performants qu’elles ??!

Ainsi, mesdames messieurs les DRH, la question n’est pas aujourd’hui : « pourquoi passerais-je par vous (les cabinets) pour accéder aux candidats auxquels nous pouvons accéder gratuitement sur Linkedin ? » MAIS « Comment me garantissez-vous de gagner du temps dans mes recherches et/ou comment m’assurez-vous un recrutement de meilleur niveau ? » !

Les cabinets qui répondront à ces questions resteront bel et bien vivants et il y a fort à parier qu’ils se développeront et prendront des parts de marché, y compris peut-être aux « vieux » jobboards… !